Boeing, en pleine crise, remanie sa direction et va changer de patron


Boeing, en pleine tourmente après des problèmes de qualité et de sécurité sur ses avions, tente de prendre un nouveau départ en remaniant sa direction, avec notamment le départ, fin 2024, de son patron Dave Calhoun. L’avionneur américain avait du mal à remonter la pente après les crashs de deux 737 MAX 8 en 2018 et en 2019, puis la pandémie de Covid qui dans son sillage a mis à mal la chaîne d’approvisionnement alors que les commandes explosaient.

Le groupe a signalé maints problèmes de qualité sur ses chaînes de production, en particulier concernant son avion vedette, le 737. L’incident début janvier sur un 737 MAX 9 de la compagnie Alaska Airlines a été crucial car survenu en plein vol. Une porte-bouchon s’est détachée de la carlingue, ne faisant que quelques blessés légers. Plusieurs enquêtes ont été lancées, mettant notamment en évidence des problèmes récurrents de “non-conformité”.

Un prédécesseur déjà très critiqué 

Après plusieurs semaines de révélations, le couperet est tombé : Dave Calhoun va quitter son poste de directeur général fin 2024, a annoncé Boeing lundi dans un communiqué. Son successeur sera désigné ultérieurement. Un aveu d’échec : il était arrivé en janvier 2020 pour rétablir la confiance après les crashs des 737 MAX 8 des compagnies Lion Air et Ethiopian Airlines qui ont fait un total de 346 morts. Son prédécesseur, Dennis Muilenburg, avait été très critiqué pour sa gestion pendant cette crise.

Dave Calhoun, qui aurait pu rester jusqu’en 2028, n’est pas le seul à partir. Stan Deal, directeur de la division de l’aviation commerciale, est remplacé, avec effet immédiat, par Stephanie Pope, qui travaille chez Boeing depuis près de trente ans. Elle a été nommée, en décembre, au poste tout nouvellement créé de directrice des opérations, ce qui, selon des experts, la plaçait en bonne position pour prendre à terme la direction générale de l’avionneur.

Par ailleurs, la présidence du conseil d’administration va revenir à Steve Mollenkopf. Membre du conseil exécutif de Boeing et ancien patron du fabricant de puces Qualcomm, il sera chargé notamment de trouver le futur directeur général de Boeing. Le 21 février, Boeing avait annoncé le départ d’Ed Clark, vice-président et directeur général du programme 737. Il dirigeait également l’usine de Renton (Etat de Washington), près de Seattle, où est assemblé ce modèle.

Des problèmes qui “mijotent depuis plus de 40 ans”

Vers 16h45, l’action Boeing progressait de 1,39% à la Bourse de New York. “Après une série de désastres, un changement était inévitable”, commente auprès de l’AFP Neil Saunders, directeur chez GlobalData, soulignant que clients et passagers avaient “perdu toute confiance” en Boeing. Mais, comme lui, le consultant du cabinet spécialisé AIR, Michel Merluzeau, estime que ce sera insuffisant “sans d’importantes améliorations opérationnelles et changements dans les usines”. Selon Michel Merluzeau, “l’urgence est dans les usines” et, si rien n’y change, “les résultats tangibles ne se produiront pas” car ces problèmes “mijotent depuis plus de 40 ans” à Seattle.

“Servir Boeing a été le plus grand privilège de ma vie”, a fait savoir Dave Calhoun dans une lettre adressée aux employés, jointe au communiqué. “Les yeux du monde sont rivés sur nous et je sais que nous en sortirons meilleurs en tant qu’entreprise”, a-t-il ajouté. “Avec un conseil d’administration solide, une excellente équipe de direction et 170.000 employés dévoués de Boeing, je suis pleinement confiant dans l’avenir de notre entreprise”, a affirmé le président du conseil d’administration Larry Kellner, cité dans le communiqué.

Après l’incident du 5 janvier, l’Agence américaine de l’aviation civile (FAA) a lancé un audit sur le contrôle qualité du constructeur. Début mars, elle a indiqué que des “problèmes de non-conformité” avaient été repérés dans le contrôle de production de Boeing et de son sous-traitant Spirit AeroSystems. Résultat : la cadence de production des 737 a été gelée par la FAA au niveau de fin 2023 (38 par mois), alors que l’avionneur comptait poursuivre sa hausse jusqu’à 50 mensuels en 2025/2026.

Un système de production qui soit sous contrôle à chaque étape

Le groupe comptait sur cet accroissement pour atteindre son objectif de dix milliards de dollars par an de flux de trésorerie positif à cet horizon. “Ce que veut la FAA et, plus important encore, ce que je veux, c’est un système de production qui soit sous contrôle à chaque étape du processus”, peu importe le nombre d’appareils produits au final, a commenté lundi Dave Calhoun sur la chaîne américaine CNBC.

Problèmes de production et autres incidents ont provoqué le mécontentement des compagnies aériennes qui, faute de recevoir les avions commandés dans les temps, ont revu leurs programmes de vol pour 2024 et gelé des milliers de recrutements. Plusieurs ont demandé la semaine dernière à rencontrer le conseil d’administration. Le patron de Ryanair, gros client de Boeing, s’est manifesté à plusieurs reprises et, lundi, a salué les changements annoncés, “indispensables”, selon Michael O’Leary.



Source link