ce que l’on sait sur l’école Stanislas où sont scolarisés ses enfants

Nouvelle épreuve pour la ministre de l’Éducation Amélie Oudéa-Castéra. En pleine polémique sur la scolarisation de ses enfants à l’école privée catholique Stanislas à Paris, Mediapart a dévoilé hier un rapport qui dénonce des « dérives » homophobes et sexistes dans cet établissement. Un « plan d’action » a été demandé et sera appliqué avec « rigueur », a promis la ministre ce mercredi 17 janvier 2024 sur France 2. Que dit précisément ce rapport ? On fait le point sur cette école au cœur d’un scandale.

Le lycée parisien sous le coup d’un rapport de l’Inspection

Ce document de 30 pages de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, daté de juillet 2023, a été remis au ministère de l’Éducation le 1er août, selon Mediapart , alors que Gabriel Attal était ministre. Il n’a jamais été rendu public, rappelle le site d’information.

« Ce rapport a été commandé en février 2023, et bouclé début août 2023. Et aussitôt Gabriel Attal (alors ministre de l’Éducation) a demandé au rectorat et à l’Inspection générale de suivre un plan d’action qui fait presque 15 mesures », a déclaré de son côté Amélie Oudéa-Castéra dans l’émission « Les 4V » sur France 2 ce mercredi.

« Je précise que ce rapport ne remonte aucun fait d’homophobie, ni aucun cas de harcèlement. Le seul cas d’homophobie a fait l’objet d’un signalement au procureur via la procédure de l’article 40 », a encore dit la ministre, visée par une polémique depuis vendredi.

Le rapport sur l’école Stanislas fait état de situations problématiques dans ce prestigieux établissement privé sous contrat du VIe arrondissement de Paris, qui accueille 3 500 élèves de la maternelle aux classes préparatoires.

Le rapport relève notamment « des dérives dans l’application du contrat d’association » de l’établissement avec l’État, comme l’obligation de suivre des cours de catéchisme, ce qui est contraire à la loi, pour les établissements, même catholiques, sous contrat.

« Dérives » également dans la teneur de ces cours, selon le rapport : des intervenants auraient tenu des propos homophobes, anti-avortement ou font la promotion des thérapies de conversion, et des catéchistes expriment « des convictions personnelles qui outrepassent les positions de l’Église catholique, par exemple sur l’IVG » ou « susceptibles d’être qualifiées pénalement sur l’homosexualité ».

Le rapport cite notamment le cas « grave » d’un catéchiste qui aurait parlé « de l’interdiction des relations sexuelles avant le mariage, de sodomie qui apporte le sida, de l’homosexualité qui est un péché », selon un témoignage.

Il fait état aussi de manquements dans l’application des programmes officiels sur l’éducation à la sexualité, avec notamment « le parti pris de certains professeurs de SVT de ne pas parler des infections sexuellement transmissibles ».

Deux sénateurs demandent la fin du conventionnement

Ces prises de position, auxquelles s’ajoutent certains « propos tenus lors des conférences d’éducation à la sexualité sur les dangers de la contraception chimique », sont susceptibles « de porter atteinte à la santé des élèves », estime ce rapport.

Il met également en exergue « des choix et des comportements qui entretiennent les stéréotypes de sexe », avec notamment « une attention particulière à la tenue des jeunes filles empreinte de sexisme », marquée par une « préoccupation constante de l’apparence du corps féminin, qu’il faut cacher ».

Après ces révélations, deux sénateurs communistes, Ian Brossat et Pierre Ouzoulias, ont demandé à la ministre de « mettre fin au conventionnement dont bénéficie cet établissement », estimant que les situations pointées auraient dû pousser Gabriel Attal « à agir sans délai ».

Des syndicats d’enseignants interrogent la position du gouvernement

« C’est une publication qui pose plein de questions. Gabriel Attal a eu ce rapport dans le courant de l’été, alors pourquoi ne l’a-t-il pas rendu public et pourquoi n’y a-t-il pas eu de décision prise ? », interroge Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, principal syndicat du second degré (collèges et lycées).

« Je suis choquée et révoltée, car on est face à un établissement privé qui bénéficie d’un soutien financier (public, ndlr) et politique », a estimé Élisabeth Allain-Moreno, secrétaire générale du SE Unsa. « Si tous les faits sont vrais, cet établissement doit sortir de toute urgence de son contrat avec l’État », a-t-elle ajouté, demandant à Amélie Oudéa-Castéra de prendre « une décision rapide ».

â nba 2k22 vc glitch 100k per
is there gift cards for shein
fire kirin free money credits
fire kirin distributors select
download war robots free for p
black mod share best site hack
free 10 play for riversweeps b
daily gift bigo live hack che
survivor io codes active febru
bingo blitz plus club welcome
8 ball pool free coins today
How to get 10,000 a-pass and g
nba 2k23 free 35k virtual curr
fire kirin app Free money and
How to get FREE UNLIMITED epis
download fire kirin money hack
THE BEST APPS TO GET COINS IN
survivor io hack mod unlock al
fire kirin free money and cred
livu free coins livu app unlim
fire kirin login go to your ph
FREE 100,000 money and credits
Get Free fire kirin money and
fire kirin Free money and cred
how to get platinum in war rob
episode app free pass and gems
how to get a shein gift card f
How To Get Episode Free Gems &
free shein gift card kaufen
how to get free gold in war ro