des dizaines de morts dans des raids israéliens à Gaza, réunion du cabinet israélien



Ariane Ménage, avec AFP / Crédit photo : SAID KHATIB / AFP

Plus de 60 Palestiniens dont douze d’une même famille ont péri dans des frappes nocturnes israéliennes sur la bande de Gaza selon le Hamas, quelques heures avant une réunion dimanche du cabinet de sécurité de Benjamin Netanyahu axée sur les négociations en vue d’une éventuelle trêve. Plus de cinq mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas déclenchée par une attaque sanglante du mouvement terroriste palestinien, le bilan humain ne cesse de s’alourdir à Gaza avec 31.553 morts depuis le 7 octobre d’après le Hamas et la menace d’une famine généralisée selon l’ONU.

Et malgré les pressions internationales pour un cessez-le-feu, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a juré de détruire le Hamas, est déterminé à poursuivre la guerre et son armée ne cesse de bombarder le territoire palestinien exigu qu’elle assiège.

Dimanche, le ministère de la Santé du Hamas a fait état d’au moins 61 morts dont des femmes et des enfants dans des dizaines de frappes nocturnes de l’armée israélienne contre la bande de Gaza. Parmi eux, 12 membres de la famille Thabet dont l’habitation a été touchée à l’aube par les bombes dans le quartier de Bichara à Deir al-Balah (centre). Les raids ont été intenses à Deir al-Balah, à Gaza-Ville dans le nord et dans les villes de Khan Younès et Rafah dans le sud, d’après des témoins. Des combats acharnés ont opposé soldats israéliens et combattants palestiniens à Khan Younès et à Gaza-Ville.

Les informations à retenir :

  • Plus de 60 Palestiniens sont morts dans des frappes nocturnes sur la bande de Gaza
  • Les négociations pour une possible trêve entre Israël et le Hamas se poursuivent
  • 31.553 personnes sont mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le Hamas
  • Le Hamas s’est dit prêt à une trêve de six semaines, pendant laquelle 42 otages pourraient être libérés en échange de 20 à 50 prisonniers palestiniens contre chaque otage libéré

“Au nom de l’humanité”

Face à la guerre dévastatrice, les médiateurs internationaux -États-Unis, Qatar, Egypte- tentent d’arracher un nouvel accord de trêve humanitaire, après celle de fin novembre. En vain jusqu’à présent. Le cabinet de sécurité israélien doit se réunir en fin de journée afin de déterminer le “mandat” de la délégation qui doit se rendre à Doha pour de nouvelles discussions. 

Mais le ministre des Finances Bezalel Smotrich, un ténor de l’extrême droite, s’oppose à l’envoi de cette délégation. “Netanyahu doit ordonner à (…) l’armée d’entrer immédiatement à Rafah et d’intensifier la pression militaire jusqu’à ce que le Hamas soit détruit.” Dans cette ville collée à la frontière fermée de l’Égypte et quotidiennement bombardée par l’armée de l’air israélienne, s’entassent plus de 1,5 million de Palestiniens, la plupart des déplacés vivant dans des conditions très dures.

 

Benjamin Netanyahu a approuvé “les plans d’action” en vue d’une offensive terrestre à Rafah, impliquant une “évacuation de la population”, a indiqué son bureau sans autre précision. “Au nom de l’humanité, nous appelons Israël à ne pas aller de l’avant” dans son opération contre Rafah, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le chef de l’Organisation mondiale de la santé.

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre par des terroristes du Hamas infiltrés depuis le territoire palestinien dans le sud d’Israël, qui a entraîné la mort d’au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de sources officielles. D’après Israël, environ 250 personnes ont été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 32 seraient mortes.

En représailles, Israël a lancé une campagne massive de bombardements contre Gaza, où le Hamas a pris le pouvoir en 2007, suivie 20 jours plus tard d’une offensive terrestre qui a permis à ses soldats d’avancer du nord au sud de cette bande de terre d’environ 40 km de long et 10 de large.

Aides insuffisantes

Considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis et l’Union européenne, le Hamas s’est dit prêt, dans une nouvelle proposition, à une trêve de six semaines, pendant laquelle 42 otages -femmes, enfants, personnes âgées et malades- pourraient être libérés en échange de 20 à 50 prisonniers palestiniens contre chaque otage libéré. Le mouvement demande également le “retrait de l’armée de toutes les villes et zones peuplées”, le “retour des déplacés” et l’entrée d’au moins 500 camions d’aide par jour à Gaza, a indiqué un de ses cadres. Israël contrôle l’entrée des aides terrestres dans la bande de Gaza, qui restent très insuffisantes au regard des besoins des 2,4 millions d’habitants dont la grande majorité son menacés de famine selon l’ONU.

Parti de Chypre, un bateau de l’ONG espagnole Open Arms transportant 200 tonnes de vivres de l’organisation World Kitchen Central a déchargé sa cargaison à Gaza. L’aide doit être acheminée dans le nord du territoire palestinien, où la situation humanitaire est particulièrement catastrophique. Un deuxième bateau d’aide est prêt à partir, selon Chypre. En outre, plusieurs pays arabes et occidentaux ont poursuivi le parachutage de la nourriture sur Gaza. Mais pour l’ONU, l’aide par voie terrestre est vitale.



Source link