Emmanuel Macron attendu de pied ferme en Guyane, dans un contexte tendu


Emmanuel Macron arrivera en Guyane lundi pour une visite de deux jours. Un déplacement consacré à la sécurité et au désenclavement du territoire. Lors de son unique visite en octobre 2017, le chef de l’État avait dit ne pas être “le Père Noël” en réponse à une question sur la création d’un hôpital. Cette petite phrase, lâchée six mois après une grève générale qui avait paralysé la Guyane, reste ancrée dans la conscience collective des Guyanais qui ont voté en 2022 à 60% pour Marine Le Pen et son discours sécuritaire.

Une année 2023 record en termes de criminalité

“Il y a un problème d’insécurité en Guyane : 90% des jeunes sont armés aujourd’hui et se tuent pour des pacotilles. Les armes ne sont pas fabriquées en Guyane, il y a trop de laxisme à nos frontières”, assène Jimmy Orilas, un électricien de 29 ans qui dit attendre des annonces présidentielles en la matière.

De fait, la Guyane a connu une année 2023 record en termes de criminalité. Avec “59 homicides, auxquels il faut ajouter les 250 tentatives” selon le procureur de la République Yves Le Clair, cela fait 20,6 homicides pour 100.000 habitants quand la moyenne nationale s’établit à 1,5 pour 100.000. “Les effectifs des forces de l’ordre sont conséquents, mais l’insécurité ne cesse de croître. Nous avons besoin d’une approche globale qui prenne en compte l’éducation, la formation”, réclame Michel-Ange Jérémie, le président de l’Association des maires de Guyane.

Un jeune de 15 à 29 ans sur trois n’est ni en emploi, ni en études, ni en formation

D’autant que 50% des 300.000 Guyanais ont moins de 25 ans : une jeunesse qui s’explique par une fécondité élevée mais qui cache la forte émigration touchant le territoire. Selon une étude de l’Insee parue en 2021, 37% des jeunes de 21 à 29 ans quittent la Guyane pour poursuivre leurs études ou travailler. En parallèle, un jeune de 15 à 29 ans sur trois n’est ni en emploi, ni en études, ni en formation, en particulier dans les zones isolées non reliées au réseau routier du plus grand département français.

De la taille du Portugal, la Guyane est dotée de seulement 400 km de routes nationales, limitées à la bande littorale. Son désenclavement est la priorité de nombreux élus depuis la liquidation d’Air Guyane en 2023, qui assurait la desserte aérienne des communes isolées. La société civile, incarnée par le collectif citoyen Apachi, s’est emparée de cette question.

Les engagements pris lors d’Assises du désenclavement en novembre, organisées par ce collectif, soulignent la nécessité de développer “prioritairement les infrastructures routières”, préalable à l’aménagement du territoire et au développement économique. “J’espère que le président n’est pas venu les mains vides et fera des annonces. C’est le moment d’arrêter de parler du désenclavement et de le mettre en action”, souligne Philippe Dekon, le président d’Apachi.

Quelle évolution du statut de la Guyane ?

Le sujet devrait être au menu lundi soir d’un dîner d’Emmanuel Macron avec les maires, les parlementaires et le président de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG). L’échange sera aussi l’occasion d’évoquer l’évolution du statut de la Guyane, inspirée de la marche de la Corse vers l’autonomie et appelée de ses vœux par plusieurs élus. La Guyane est engagée depuis deux ans dans ce processus mais contrairement aux Corses, n’est pas entrée dans le vif des négociations avec Paris, au grand dam du président de gauche de la CTG, Gabriel Serville.

Le sujet a provoqué des étincelles lors de la venue de la ministre déléguée aux Outre-mer Marie Guévenoux du 11 au 13 mars. Depuis, une demande des élus locaux pour une prise de parole d’Emmanuel Macron a été adressée à l’Élysée. “Si le président ne répond pas sur l’autonomie, son déplacement n’aura pas de portée”, a asséné lors d’une conférence de presse le député indépendantiste Jean-Victor Castor (GDR).

En Guyane, département français depuis 1946, “le rapport à l’État est souvent ambivalent du fait du passé colonial”, explique à l’AFP l’ex-garde des Sceaux Christine Taubira. Ce à quoi Jean-Victor Castor ajoute : “Pour qu’une population ne soit plus en défiance, il faut des réponses claires : sur le désenclavement du territoire, la restitution des terres, la construction d’infrastructures”.



Source link