EN DIRECT – Mobilisation des agriculteurs : une agricultrice décédée, son mari et sa fille gravement blessés sur un barrage routier


Routes bloquées, appels médiatiques… Des agriculteurs bloquent mardi matin l’autoroute A7 avec des tracteurs installés sur les deux voies dans la Drôme, occasionnant plus de quatre kilomètres de bouchons, a annoncé la préfecture de département. “Ce matin à 4 heures, des agriculteurs ont forcé l’entrée de service de l’autoroute A7 au niveau de Saint-Rambert-d’Albon. Une trentaine de tracteurs avec des remorques contenant des bottes de paille et du lisier bloquent la circulation dans les deux sens”, a-t-elle expliqué dans un communiqué. Suivez l’évolution de la situation.

Les informations à retenir :

  • Les agriculteurs poursuivent mardi leurs actions pour obtenir des “mesures concrètes”
  • Une vingtaine de tracteurs d’agriculteurs bloquent la circulation dans les deux sens à hauteur d’Albon sur l’autoroute A7
  • Gabriel Attal a reçu lundi soir les syndicats majoritaires à Matignon
  • Il n’y aura “pas de levée des actions” tant qu’il n’y aura “pas de décisions concrètes” de l’exécutif, a déclaré le président de la FNSEA Arnaud Rousseau
  • L’A64 entre Toulouse et Bayonne est coupée à la circulation au niveau de Carbonne depuis jeudi
  • Depuis lundi, l’A62 est bloquée au niveau d’Agen dans les deux sens
  • Une agricultrice est décédée, son mari et sa fille gravement blessés sur un barrage routier dans l’Ariège

Saint-Rambert-d’Albon est une commune située au sud de Lyon, à une heure de trajet par l’autoroute. La préfecture a mis en place des déviations via Grenoble “aux sorties Valence sud dans le sens sud-nord, Chanas dans le sens nord-sud”. “Une évacuation via les barrières de service a permis de faire sortir quelques véhicules”, notamment des poids-lourds, mais à 7 heures “il est constaté 4 km de bouchons en amont et en aval du point de blocage”, a poursuivi la préfecture.

Les usagers de l’autoroute sont informés via les panneaux lumineux de l’A7 et la radio 107.7, a-t-elle ajouté, en les appelant à “rester calmes”. 

Une agricultrice décédée, son mari et sa fille gravement blessés

Une agricultrice a été tuée, son mari et sa fille adolescente ont été grièvement blessés, après avoir été renversés mardi à l’aube sur un barrage routier d’agriculteurs dans l’Ariège, a-t-on appris de sources concordantes. Les trois occupants de la voiture qui a foncé sur le barrage ont été interpellés et placés en garde à vue, selon une source policière. Dans un communiqué, la préfecture de l’Ariège a fait état d’une “personne décédée” et de “deux blessés graves” dans “un grave accident de la circulation” survenu à 05h45 à Pamiers “sur les lieux de la manifestation agricole”.

“Je viens d’apprendre qu’un accident de la route est arrivé dans l’Ariège à Pamiers et que trois de nos adhérents ont subi un grave accident” près d’un point de blocage, avait déclaré peu avant sur RMC le président de la FNSEA Arnaud Rousseau. “Une femme est décédée, son mari et sa fille sont dans un état compliqué visiblement et pris en charge rapidement par l’ensemble des services du Samu”, a-t-il ajouté en précisant n’avoir pas plus de détails sur les circonstances du drame.

Selon une source policière, une “voiture a foncé sur le barrage pour une raison inconnue”. Une femme “d’une trentaine d’années” est décédée tandis que les blessés, “gravement” touchés, sont un “homme d’une quarantaine d’années” et une “mineure”, selon la même source qui précise que les “trois victimes se trouvaient sur le barrage”. “Dans le moment particulier que vit l’agriculture, ce genre de drame est difficile à vivre”, a déclaré M. Rousseau.

L’accident “vient souligner la nécessité qu’on a d’être parfaitement organisé, de faire en sorte de respecter les consignes de sécurité, parce que ce qui est important pour nous est de faire passer nos messages”, a-t-il aussi déclaré en appelant “tout le monde au calme et à la raison et à faire en sorte que cette colère s’exprime dans le respect des biens et des personnes”.

“Pas de levée des actions” tant qu’il n’y aura “pas de décisions concrètes” de l’exécutif

Lundi soir, le gouvernement a accueilli les syndicats majoritaires pendant un peu plus de deux heures, sans annonce à la sortie. Il n’y aura “pas de levée des actions” menées par les agriculteurs tant qu’il n’y aura “pas de décisions concrètes” de l’exécutif, avait déclaré lundi le président de la FNSEA Arnaud Rousseau à la sortie de cette rencontre. “On attend du Premier ministre que dans la semaine, il puisse faire un certain nombre de déclarations qui fassent bouger les lignes sensiblement”, a-t-il précisé.

Arnaud Rousseau a notamment évoqué le sujet d’une remise immédiate sur le gazole pour les tracteurs, au lieu d’un remboursement sur facture et déclaration.

Gabriel Attal veut “aller vite”

Gabriel Attal veut “aller vite”, “dans la semaine” pour certaines annonces, a affirmé le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, qui s’est exprimé après la FNSEA et le syndicat Jeunes agriculteurs au sortir de la réunion. “Je crois qu’on partage objectivement le diagnostic”, a ajouté le ministre, pour qui “les agriculteurs ont besoin qu’on le traduise en acte”, avant d’indiquer que le Premier ministre s’est engagé à aller à leur rencontre.

Réduire les “paperasseries”

Premier syndicat agricole français, la FNSEA, a remporté depuis plusieurs années de nombreux arbitrages auprès du gouvernement, comme sur les taxes sur l’eau ou les pesticides, mais la masse des agriculteurs continue de se plaindre de crouler sous les normes et de ne pas gagner assez bien sa vie.

Parmi les multiples revendications entendues sur le terrain : des simplifications administratives, pas de nouvelle interdiction de pesticides, arrêter d’augmenter le prix du gazole pour les tracteurs, être indemnisé plus vite après des calamités ou encore la pleine application de la loi censée obliger les industriels et les grandes surfaces à mieux payer les agriculteurs. Gabriel Attal avait déjà promis samedi de “faciliter la vie” des agriculteurs en réduisant les “paperasseries”.

L’A64 entre Toulouse et Bayonne coupée à la circulation au niveau de Carbonne

Les blocages routiers ont commencé jeudi soir en Occitanie, où l’A64 entre Toulouse et Bayonne est coupée à la circulation au niveau de Carbonne (Haute-Garonne), à 45 km de Toulouse. Elle devrait le rester mardi.

Depuis lundi, l’A62 est bloquée au niveau d’Agen dans les deux sens. Les agriculteurs ont aussi déversé des pneus sur les voies ferrées à l’entrée de la gare d’Agen, où la circulation est bloquée depuis 18h15 environ. Et le mouvement pourrait faire tâche d’huile : les Jeunes agriculteurs de l’Oise ont annoncé à l’AFP un blocage de l’autoroute A16 mardi en début d’après-midi au niveau de Beauvais. Mais “aucune évacuation des blocages par les forces de l’ordre n’est prévue à ce stade car il n’y a pas de dégradations”, a assuré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Des manifestations d’agriculteurs en Pologne, en Allemagne, aux Pays-Bas…

Le gouvernement craint un embrasement car, des Pays-Bas à la Roumanie en passant par la Pologne ou l’Allemagne, les agriculteurs multiplient les actions contre les hausses des taxes et le “Pacte vert” européen.

Mardi, les ministres européens du secteur agricole se réunissent à Bruxelles, avant le lancement jeudi d’un “dialogue stratégique” destiné à “dépasser le clivage dans les débats sur la transition écologique” au cœur des textes législatifs du Pacte vert de l’UE. Si les récentes manifestations évoquent des facteurs nationaux divers (fin des subventions au gazole en Allemagne, par exemple), les secousses se sont multipliées partout : épisodes climatiques extrêmes (sécheresse, inondations), grippe aviaire, flambée des prix de l’énergie…

Autre sujet clivant : l’afflux de produits agricoles ukrainiens dans l’UE depuis la levée des droits de douane en 2022. Bruxelles doit se prononcer sous peu sur sa reconduction en juin, avec de probables mécanismes “de sauvegarde”. Surtout, s’exprime de façon diffuse une “exaspération” commune face à une “surchauffe réglementaire”, estime Christiane Lambert, présidente du Copa-Cogeca, l’organisation des syndicats agricoles majoritaires européens.



Source link