Gabriel Attal au chevet des habitants, nouvelles crues en cours


Face aux élus locaux désespérés, aux habitants parfois en larmes ou évoquant leurs “pensées noires”, le Premier ministre s’est lancé dans une longue séquence de calinothérapie, un mois après son premier passage dans le département, le jour même de sa prise de fonctions.

La situation est “intenable” pour les habitants, a-t-il convenu lors de ce déplacement à Blendecques et Longuenesse, avant de rappeler ses engagements, notamment la simplification des procédures pour accélérer les travaux ou curer les cours d’eau. Et “éviter qu’en novembre prochain, on se retrouve avec la même chose”.

Contraint d’écourter sa visite pour cause de remaniement

“Tout ça a été fait”, a-t-il dit. Mais “est-ce que tout a été réglé ? Non”, a-t-il ajouté, promettant de “continuer à agir” et de revenir dans un mois. Il a annoncé le déblocage de “10 millions d’euros supplémentaires” aux 50 millions promis par Emmanuel Macron pour assister les collectivités, confirmant ainsi le chiffre de 60 millions déjà évoqué mercredi par la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot.

Lors d’échanges avec des commerçants exposant leurs doléances, il a aussi insisté sur l’aide de 5 .000 euros qu’ils pourront toucher pour compenser leur perte d’exploitation.

Contraint d’écourter sa visite pour cause de remaniement, il a glissé que le drame des inondations lui permettait de prendre “beaucoup de recul” sur les “péripéties politiques” du moment, dans une allusion à la crise ouverte dans la Macronie par les récents propos de François Bayrou.

“On craint le pire”

Le Pas-de-Calais, qui a connu en novembre et janvier deux épisodes de crues de grande ampleur, n’en a pas fini avec les inondations : à une cinquantaine de kilomètres du déplacement ministériel, le fleuve Canche, placé en vigilance orange, est sorti jeudi de son lit, relançant l’inquiétude sur un territoire à bout.

 

Ces deux épisodes ont déjà laissé respectivement 6.500 et 2.800 habitations sinistrées, selon la préfecture, qui a comptabilisé près de 300 demandes de relogement temporaire. Le secteur de Brimeux, près de Montreuil-sur-Mer, était “le plus touché” jeudi matin par les crues de la Canche, selon la préfecture.

Un correspondant de l’AFP a constaté dans cette commune de 900 habitants que des routes ont été coupées par l’eau et des jardins inondés. “Nous allons rehausser au maximum nos meubles et nos appareils d’électroménager cet après-midi. Pour la suite, on verra bien, mais on craint le pire pour les heures à venir”, confient Tania Selve et Maurice Sammarcelli, deux habitants qui ne peuvent que constater la montée des eaux autour de leur petite propriété achetée en octobre dans cette zone de marais.

Pompes redéployées

“C’est la même situation qu’au mois de novembre et qu’au mois de janvier, ça se répète pour la troisième fois”, se désole un riverain, Régis Lacroix, dont le jardin est en partie inondé. Les précipitations doivent se poursuivre jusqu’à vendredi matin, risquant “d’entraîner de nouvelles réactions sur les cours d’eau les plus réactifs”, prévient d’ores et déjà Vigicrues.

 

Les crues anticipées sur la Canche devraient cependant rester moins importantes qu’en novembre et janvier, précise le prévisionniste. Le préfet du Pas-de-Calais a décidé mardi du “déploiement préventif de sapeurs-pompiers, de policiers et de gendarmes” et du repositionnement sur le terrain des pompes utilisées lors des précédents épisodes, afin de les réactiver rapidement en cas de besoin.

Le préfet a également demandé à VNF (Voies navigables de France) et à l’Institution des Wateringues (les fossés de drainage de cette zone de polder, ndlr) d’activer les “moyens de pompage dont ils disposent pour anticiper la montée des eaux dans les canaux et cours d’eau dont ils ont la gestion”. Dans l’Aisne, quatre routes ont également été submergées par les eaux jeudi, entraînant la mise en place de déviations, selon la préfecture.



Source link