la justice autorise l’avion à repartir de la Marne


Les autorités françaises espèrent obtenir “lundi matin au plus tard” les autorisations pour réacheminer en avion les passagers indiens confinés depuis jeudi soir dans un aéroport de la Marne après l’immobilisation de leur appareil, sur fond de soupçons de traite d’êtres humains.

“Un réacheminement des passagers” envisagé

Le parquet de Paris a indiqué à l’AFP que la justice avait autorisé l’avion en question à repartir de la Marne. “Cette décision permet d’envisager le réacheminement des passagers placés en zone d’attente” dans l’aéroport, a ensuite annoncé la préfecture dans un communiqué, sans donner de précision sur une quelconque destination.

“Par conséquent, les autorités compétentes de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) s’efforcent d’obtenir les autorisations nécessaires au redécollage de l’avion, ce qui devrait intervenir au plus tard lundi matin, a-t-elle ajouté.

La possibilité d’un départ de ces passagers indiens, 303 au total, mais dont deux sont toujours en garde à vue, est renforcée par l’annulation par la justice pour un premier passager de la procédure les maintenant depuis trois jours dans l’aéroport, une décision qui pourrait s’appliquer aux autres.

“Mauvaises conditions de vie”

Cette annulation, décidée par une juge des libertés et de la détention (JLD), s’explique notamment par le délai d’attente de 11 heures entre le moment où l’avion a été immobilisé et celui où un JLD a été saisi, ce qui constitue “une atteinte disproportionnée aux droits de la personne”, selon l’ordonnance consultée par l’AFP. “Il est fort probable que les autres dossiers suivent le même chemin”, a affirmé le bâtonnier de Châlons-en-Champagne, François Procureur, lors d’un point-presse après cette décision.

Ces JLD avaient été mobilisés pour une opération d’envergure à la veille de Noël au sein d’un bâtiment adjacent à l’aérogare, afin de se prononcer sur le maintien en zone d’attente de ces passagers.

Plus tôt dimanche, François Procureur s’était ému de “problèmes d’exiguïté et de mauvaises conditions de vie” dans cette zone d’attente créée par arrêté préfectoral jeudi soir.

Une possible tentative d’entrée illégale aux Etats-Unis

Les 303 passagers indiens du vol opéré par la compagnie roumaine Legend Airlines entre Dubaï (Emirats arabes unis) et Managua, capitale du Nicaragua, sont confinés depuis jeudi après-midi, après l’immobilisation de leur Airbus A340 venu à Vatry, à 150 km de Paris, pour faire le plein. Ce qui ne devait être qu’une escale technique s’est transformé en longue immobilisation après un “signalement anonyme” selon lequel des passagers étaient “susceptibles d’être victimes de traite des êtres humains” en bande organisée, a indiqué le parquet de Paris à l’AFP vendredi.

Selon une source proche du dossier, ces Indiens, probablement des travailleurs aux Emirats arabes unis, pourraient avoir planifié de se rendre en Amérique centrale afin de tenter ensuite d’entrer illégalement aux Etats-Unis ou au Canada. Parmi eux figurent 11 mineurs non accompagnés, selon le parquet de Paris.

Dix demandes d’asile déposées samedi

L’enquête, menée par la Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco), vise à “vérifier si des éléments viendraient corroborer” les soupçons de traite d’êtres humains, selon le parquet. Deux gardes à vue débutées vendredi ont “été prolongées samedi soir, pour une durée maximale de 48 heures”, a indiqué le parquet de Paris à l’AFP, “afin de vérifier” si le rôle de ces deux personnes “a pu être différent de celui des autres”. Dix demandes d’asile avaient par ailleurs été déposées samedi en fin d’après-midi, selon une source proche du dossier.

La préfecture de la Marne précise que des lits individuels, des toilettes et des douches ont été installés, ainsi qu’une “zone +famille+ pour assurer l’intimité parent-enfant”. Les trente membres d’équipage concernés soit par la liaison Dubaï-Vatry, soit par le trajet Vatry-Managua, ont été “autorisés à repartir librement”, a assuré à l’AFP Liliana Bakayoko, qui se présente comme l’avocate de la compagnie aérienne. D’après le site spécialisé Flightradar, Legend Airlines est une petite compagnie dont la flotte est composée de quatre avions.



Source link