le «leasing social» s’arrête pour 2024, nouveau dispositif en 2025


Les prix cassés sur les voitures électriques n’auront duré que six semaines : après plus de 50.000 commandes validées, et avant une nouvelle édition en 2025, l’Élysée a annoncé lundi la fin du “leasing social”. L’État a décidé de mettre fin à l’édition 2024 de ce dispositif permettant aux moins aisés d’accéder à une voiture électrique pour 100 euros par mois, après avoir “dépassé” ses objectifs initiaux pour cette année, selon l’Élysée. Le décret mettant fin à cette édition doit a priori être publié mardi, a précisé la présidence. Mais l’opération redémarrera fin 2024 pour l’année 2025, a souligné l’Elysée.

Le “leasing social”, lancé en décembre par le président Emmanuel Macron proposait une location avec option d’achat (LOA) à moins de 100 euros par mois pour les citadines électriques, et 150 euros pour les familiales (hors assurance et entretien), sans apport initial, et pour trois ans renouvelables une fois.

“Nous avons atteint nos objectifs et dépassé nos attentes”

Le gouvernement avait initialement évoqué un quota de 20.000 à 25.000 voitures pour 2024, en fonction des véhicules disponibles, promettant de monter en puissance les années suivantes. Mais l’offre a immédiatement été victime de son succès. “Avec cette première vague nous avons atteint nos objectifs et même dépassé toutes nos attentes”, s’est félicité un conseiller du chef de l’État.

 

Cette mesure visait les Français modestes qui roulent beaucoup et achètent peu de voitures neuves, pour des questions de budget, et auraient donc dû attendre que davantage de véhicules électriques arrivent sur le marché de l’occasion pour s’équiper. “Sur les 100.000 véhicules normalement achetés chaque année par les Français éligibles au leasing, cette année 50.000 seront électriques. C’est une vraie réussite emblématique de l’écologie à la française, bonne pour le porte-monnaie et pour la planète”, a-t-il affirmé.

L’État finance chaque location à hauteur de 13.000 euros maximum, et les constructeurs font aussi un effort sur le montant des mensualités. Le groupe Stellantis a particulièrement profité de cette offre en proposant dès la mi-décembre ses Peugeot 208 et Fiat 500 électriques, mais aussi de plus gros modèles comme le Jeep Avenger, pour un total de 20.000 voitures dans un premier temps. Renault a proposé sa Twingo en fin de carrière à prix cassés, mais aussi sa familiale électrique Kangoo.

Made in France

Pour le ministre de l’Industrie et de l’Énergie Roland Lescure, il y a aujourd’hui “une grande demande et on n’a pas encore assez de produits fabriqués en France. Cela veut dire qu’il faut que les constructeurs français accélèrent la cadence ou s’engagent à le faire”, a déclaré le ministre dimanche sur France 3. “Ce qui est super dans ce dispositif, (…) c’est que, à la fois, vous (donnez) accès à des gens qui ne sont pas nécessairement des gens aisés à un véhicule électrique, pas cher, et vous le faites en plus en produisant plus de véhicules français. Il faut qu’on arrive à faire les deux”, a souligné Roland Lescure.

Parmi les modèles soutenus, seuls les plus gros sont produits en France, comme la Renault Mégane ou l’Opel Mokka. Stellantis martèle qu’il est impossible de construire une voiture d’entrée de gamme en France et vient d’ouvrir les ventes pour sa petite C3 électrique, produite en Slovénie et proposée à 20.000 euros.

 

Renault doit commercialiser courant 2024 sa Renault 5 électrique fabriquée dans le nord de la France, mais à des tarifs plus élevés, autour de 25.000 euros. Volkswagen, Skoda, Nissan ou Hyundai ont également lancé des offres dans le cadre de ce “leasing social”, mais seulement courant janvier. Seuls les véhicules construits en France ou en Europe sont éligibles à ce bonus.

Le groupe Volkswagen France a indiqué lundi que de nombreux dossiers avaient été “reçus et acceptés”, mais a déploré le fait “d’être arrivé plus tard que les Français dans le dispositif”. “Nous sommes prêts à continuer, et ne comprenons pas les déclarations des ministres, nous n’avons pas été consultés”, a indiqué une porte-parole à l’AFP.



Source link