Le Sénégal entre en campagne présidentielle après des semaines de crise


Le Sénégal est entré samedi en campagne, un sprint de deux semaines pour sortir d’un mois de crise et choisir son cinquième président, lors d’une élection indécise comme jamais. Les Sénégalais étaient censés voter le 25 février. Le président Macky Sall a causé une commotion nationale en reportant le 3 février le scrutin, juste avant l’ouverture de la campagne. Rien de tel cette fois. Au prix de manifestations qui ont fait quatre morts et d’une épreuve de force à rebondissements entre le chef de l’État, l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel, le calendrier est désormais stabilisé : le scrutin se déroulera le 24 et la campagne prendra fin le 22 à minuit. La date d’un deuxième tour probable n’est pas fixée.

L’un des principaux candidats au scrutin et ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, a lancé sa campagne samedi après-midi avec une tournée de plusieurs quartiers de la capitale. Quelques centaines de sympathisants, qui avaient patiemment attendu son arrivée dans une ambiance festive, aux sons de percussionnistes et de chansons diffusées à plein volume par de grosses enceintes, l’ont accueilli dans un joyeux vacarme, sous les applaudissements.

Une campagne réduite à deux semaines 

La bataille des dernières semaines a testé l’attachement du pays à la pratique démocratique, malmenée par la succession des coups de force ailleurs dans la région. L’élection sera suivie à l’étranger de bien plus près qu’elle ne le serait dans un autre pays de 18 millions d’habitants, parmi les 30 derniers au monde à l’indice onusien de développement humain, mais qui devrait commencer à produire des hydrocarbures en 2024. 

Avec le début de la campagne, les Sénégalais vont pouvoir se rassembler librement sur tout le territoire autour des 18 hommes et une femme qui, tous, briguent un premier mandat. Les débats et les messages abonderont dans les médias, sous le contrôle d’organes veillant à l’égalité des temps de parole.

 

La campagne est réduite par la force des choses de trois à deux semaines. Elle se tiendra en grande partie pendant le mois de jeûne musulman. De nombreux Sénégalais ont exprimé auprès de l’AFP leur impatience de voter et de tourner la page. Les concurrents qui ignoraient encore la date exacte de l’élection en milieu de semaine doivent parer au plus pressé.

Bassirou Diomaye Faye entame la course derrière les barreaux

Les Sénégalais vont au-devant du vote avec les mêmes candidats qu’avant le report, à l’exception d’une concurrente poussée à se désister. Pas plus aujourd’hui qu’alors un candidat ne se détache, et aujourd’hui, comme alors, l’un des favoris, l’antisystème Bassirou Diomaye Faye, entame la course derrière les barreaux. C’est la première fois que le sortant ne se présente pas à l’élection. Le président Sall a désigné celui qui était son Premier ministre il y a encore quelques jours, Amadou Ba, comme le candidat de son camp. Amadou Ba revendique le bilan de Macky Sall.

Tandis que le continent est livré à une compétition stratégique intense et que la Russie renforce ses positions chez les voisins sahéliens en butte au jihadisme, le président Sall a maintenu des relations fortes avec l’Occident. Mais les grands chantiers entrepris par “Macky” n’ont pas profité à tous, et le bilan à défendre, c’est aussi celui de dernières années difficiles à cause du Covid-19 et de la crise ukrainienne, et c’est le départ en pirogue de dizaines de milliers de Sénégalais pour l’Europe.

Personne n’est assuré d’être au second tour

Amadou Ba a dit viser une victoire dès le premier tour. C’est aussi ce que promet le camp de Bassirou Diomaye Faye. Détenu depuis avril 2023, il peut espérer bénéficier de la loi d’amnistie adoptée dans l’effervescence des dernières semaines et portant sur les violences commises lors de plusieurs épisodes de contestation meurtrière depuis 2021. Son éventuelle sortie de prison, voire celle de son chef Ousmane Sonko, réputé plus charismatique, mais également emprisonné et disqualifié de la présidentielle, pourrait électriser la campagne de leur camp.

En attendant son éventuelle libération, la coalition de Bassirou Diomaye Faye devait présenter son programme à la presse samedi après-midi. Le discours de Ousmane Sonko contre les élites, les multinationales et l’emprise exercée selon lui par la France résonne dans une partie de la population, très jeune. Khalifa Sall et l’ex-Premier ministre Idrissa Seck sont également cités comme des prétendants. Mais personne n’est assuré d’être au second tour, s’accordent les analystes.



Source link