le sud-est sous le déluge, au moins douze morts


Alerte après une violente tempête dans le sud-est du Brésil. En fin de semaine, le pays a été noyé sous un déluge de pluies, notamment l’État de Rio de Janeiro, faisant au moins douze morts. À Pétropolis, où quatre personnes sont mortes dans l’effondrement d’une maison et d’un petit bâtiment, une équipe de l’AFP a assisté ce samedi matin au sauvetage d’une fillette qui avait été ensevelie pendant seize heures sous les décombres, et à la découverte du corps de son père près d’elle.

“Le père a héroïquement protégé la fillette avec son corps et elle a été sauvée (…) Nous sommes dans la douleur, mais reconnaissants pour ce miracle”, a déclaré à l’AFP Luis Claudio de Souza, 63 ans, voisin et propriétaire d’un bar du quartier.

 

Des milliers de personnes privées d’abri

Au total, l’État de Rio de Janeiro a recensé huit morts depuis le début des intempéries dans la nuit de vendredi à samedi, dans les villes de Petropolis, Teresópolis, Santa Cruz da Serra et Arraial do Cabo, selon le gouvernement. Quatre personnes ont également perdu la vie, et sept sont portées disparues, dans l’État voisin d’Espirito Santo, selon la défense civile.

La tempête a privé d’abri plusieurs milliers de personnes, a déclaré le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, dans un message publié dans la nuit de samedi à dimanche sur la plateforme X. De telles tragédies “s’intensifient avec le changement climatique”, a rappelé le président du Brésil, un pays en proie à des catastrophes naturelles à répétition. Quelque 241 personnes étaient mortes dans la ville touristique de Pétropolis en 2022, à la suite de fortes pluies. Lula a également exprimé sa sympathie aux proches des victimes et assuré que le gouvernement travaillait avec les autorités locales pour “protéger, prévenir et réparer les dégâts des inondations”.

Situation “chaotique”

Le gouverneur de l’État d’Espírito Santo, Renato Casagrande, a lui décrit une “situation chaotique” dans la ville de Mimoso do Sul, au nord de Rio, où le nombre d’éventuelles victimes des intempéries n’a pu être établi. Des images aériennes prises samedi et diffusées par les pompiers montrent des quartiers entiers de la ville sous les eaux, d’où n’émergent que les toits des maisons. Sur d’autres clichés, publiés par des médias locaux, plusieurs véhicules, dont un camion de pompiers, sont emportés par le courant.

Des rivières d’eau et de boue se sont aussi déversées dans les rues escarpées de Pétropolis, où la situation avait été qualifiée de “critique” vendredi par le gouverneur de l’Etat de Rio, Claudio Castro, qui y a déclaré l’état d’urgence. Des dizaines de militaires et de pompiers, aidés de chiens, ont travaillé samedi matin sous une pluie battante, a constaté l’AFP. Une partie du cimetière de la ville a été emportée par les eaux, a également vu une équipe de l’AFP dans la ville, où le risque de nouveaux glissements de terrain persiste.

Quelque 90 personnes ont été secourues depuis vendredi et des écoles publiques ont été aménagées en abris, selon un comité d’urgence mis en place par le gouvernement et les forces de secours. De fortes rafales de vent et des précipitations intenses ont aussi frappé le littoral près de Sao Paulo, où deux enfants ont été blessés et hospitalisés vendredi.

 

Une tempête liée aux changements de températures extrêmes

La tempête est due à l’arrivée d’un front froid qui a fait des ravages en milieu de semaine dans le Rio Grande do Sul (sud), puis a touché Sao Paulo et Rio, avant d’atteindre Espírito Santo, ont expliqué les météorologues de l’Institut national de météorologie (Inmet). Les prévisions de l’Inmet avaient anticipé une tempête “sévère”, en particulier à Rio, avec des précipitations de 200 mm de pluie par jour entre vendredi et dimanche.

Ce volume dépasse la moyenne historique de 141,5 mm estimée pour l’ensemble du mois de mars. La tempête survient après une vague de chaleur dans la région, où une température ressentie de 62,3ºC a été enregistrée dimanche à Rio de Janeiro. Les services météorologiques prévoient de fortes précipitations dans les montagnes et au nord de Rio, après que 300 mm soient tombés à Petrópolis en 24 heures et plus de 220 mm dans les villes de Teresópolis et Magé.



Source link