les Bleus s’offrent les All Blacks en match d’ouverture


Début rêvé : pour l’entrée dans sa Coupe du monde, le XV de France a dompté les All Blacks (27-13) vendredi au Stade de France. Les partenaires d’Antoine Dupont lancent parfaitement leur compétition à domicile qu’ils espèrent étirer jusqu’au 28 octobre, jour de la finale.

Première défaite des All Blacks en phase de groupe

En deux minutes, un essai transformé de Damian Penaud (16-13, 55e) et un carton jaune néo-zélandais (Will Jordan, 57e) ont renversé le match et permis aux Bleus d’infliger aux All Blacks, le premier revers de leur histoire en phase de groupes de la Coupe du monde. Un succès définitivement scellé par un deuxième essai de l’entrant Melvyn Jaminet juste avant la sirène (79e). L’ex-Clermontois Damian Penaud a dû s’y prendre à deux fois, mais quelques minutes après avoir été stoppé de justesse par un plaquage désespéré de l’ouvreur adverse Richie Mo’unga, l’ailier a égalisé, à seulement 26 ans, Philippe Sella au rang des meilleurs marqueurs de l’histoire du XV de France (30).

De tous les scénarios qu’ils se sont imaginés depuis l’annonce de cette affiche ultime en ouverture de leur Mondial, il y a deux ans et demi, les Bleus auraient préféré s’éviter un début de match cauchemar, entre un essai encaissé après 92 secondes et la sortie sur blessure après seulement 12 minutes de Julien Marchand, touché à une cuisse. Mais même méconnaissable, le XV de France a rejoint les vestiaires en tête à la pause (9-8), notamment grâce à la justesse de son arrière Thomas Ramos au pied (14 points inscrits au total).

Un message envoyé à l’Irlande et l’Afrique du Sud

Ce n’était qu’un premier match de groupe mais leurs prédécesseurs de 2007 ont payé pour savoir que cette rencontre inaugurale donne le ton. Pas de naufrage comme face aux Argentins (17-12) sur cette même pelouse, il y a quinze ans. En remportant cette épreuve de force, les hommes de Fabien Galthié envoient un message à la planète ovale. En particulier aux Irlandais, N.1 mondiaux, comme aux Sud-Africains, sacrés il y a quatre ans, qu’ils pourraient tous deux croiser en quarts de finale.

Le XV de France n’y est pas encore mais, avec ce succès, lui tend les bras la première place de son groupe A, complété par l’Italie, l’Uruguay et la Namibie. Sachant que le deuxième de chaque poule accède également aux quarts de finale.

Les All Blacks restent un danger

Même ces Blacks délavés, en témoigne leur déroute historique face à l’Afrique du Sud (35-7) deux semaines plus tôt, demeurent un danger. A l’image des deux essais de leur ailier Mark Telea ou de leur centre Rieko Ioane, le trois quart centre massif qui a transpercé le premier rideau français pour permettre le premier essai, puis qui a décalé Telea après une feinte de passe pour le deuxième essai.

Sélection en souffrance, loin de celle sacrée en 2011 puis 2015, les joueurs à la fougère accusaient en plus des absences de poids vendredi, leur meilleur centre Jordie Barrett, leur pilier droit Tyrel Lomax et aussi leur troisième ligne Shannon Frizell, version kiwi d’Anthony Jelonch, bête physique multipliant plaquages et grattage de ballon. Une hécatombe complétée par Sam Cane, le capitaine, annoncé forfait à quelques minutes seulement du coup d’envoi de la partie.

Les blessés pourtant, sont encore plus nombreux côté bleu: l’ouvreur Romain Ntamack, forfait pour l’intégralité du tournoi, comme le deuxième ligne Paul Willemse mais également le pilier Cyril Baille, le centre Jonathan Danty et justement le troisième ligne Anthony Jelonch, dont les retours sont attendus d’ici les quarts de finale. Liste à laquelle s’ajoute donc Julien Marchand… Rien ne presse, le plus gros morceau de la phase de poule étant passé.



Source link