l’influenceur Andrew Tate sera extradé au Royaume-Uni, mais après son procès


L’influenceur masculiniste Andrew Tate, soupçonné d’agressions sexuelles, est désormais sous le coup d’une procédure d’extradition vers le Royaume-Uni mais seulement après son procès en Roumanie dans une affaire distincte, ce qui pourrait prendre des années. Visé par un mandat d’arrêt britannique en date du 19 janvier 2024, il avait été interpellé lundi soir avec son frère Tristan, 35 ans, dans leur résidence située près de Bucarest.

Les deux hommes ont été remis en liberté mardi mais restent sous contrôle judiciaire dans l’attente d’une nouvelle décision du tribunal mercredi. Il s’agit de soupçons remontant à 2012-2015, a précisé l’équipe de communication des Tate. Selon la même source, les plaintes “avaient été rejetées” en 2017-2019 mais ont “refait surface” ces derniers mois.

 

Rumeurs de fuite

L’ancien champion du monde de kickboxing et son frère Tristan, 35 ans, ont “catégoriquement rejeté” ces nouvelles allégations, se disant “consternés et profondément troublés”, tout en saluant la décision de la cour d’appel de Bucarest de reporter la procédure d’extradition. “Ce jugement permet aux frères de participer pleinement à leur défense (en Roumanie) et à la procédure judiciaire de se dérouler de manière transparente”, a estimé leur avocat Eugen Vidineac dans un communiqué.

Le tribunal n’a pas précisé si les accusations étaient celles de quatre femmes basées au Royaume-Uni. En juin 2023, elles avaient formellement notifié leurs accusations dans une lettre de demande de dommages et intérêts, faisant état “de viol aggravé, d’agressions physiques graves et de comportement coercitif”. Le cabinet McCue Jury&Partners, qui les représente, a évoqué dans un communiqué de récentes “informations signalant un possible projet de fuite des Tate”.

“C’est totalement fantaisiste. Il n’y a aucune preuve, aucune vérité” dans cette affirmation, a réagi Me Vidineac. Lors de l’audience, les deux accusés, vêtus de noir, avaient refusé d’être extradés dans l’immédiat, Andrew Tate fustigeant un dossier “bâclé, vieux de 10 ans”. “Je veux d’abord terminer la procédure en Roumanie” et “prouver au monde mon innocence”, a-t-il déclaré à la juge.

Un premier procès pour traite d’êtres humains

Les frères Tate sont actuellement dans l’attente de leur procès en Roumanie dans un dossier séparé de traite d’êtres humains en bande organisée, la justice les soupçonnant d’avoir dupé plusieurs femmes à des fins d’exploitation sexuelle. Ils avaient été arrêtés fin 2022 et avaient passé trois mois en détention à Bucarest. Mis en examen en juin 2023, ils ne sont pas autorisés à quitter le pays.

D’après les procureurs, les victimes étaient piégées par les deux hommes qui simulaient des sentiments à leur égard (méthode dite du +loverboy+), avant d’être forcées “par des actes de violence physique et de coercition psychologique” à la production de films pornographiques. Andrew Tate est également accusé de faits de viol, commis à deux reprises.

Neuf millions d’abonnés

L’influenceur américano-britannique vit depuis plusieurs années en Roumanie. Avant de se retrouver derrière les barreaux, il avait dit en apprécier “la liberté” et “le fait que la corruption soit accessible à tous”. Il s’est d’abord fait connaître en participant à l’émission de télé-réalité Big Brother, au Royaume-Uni, en 2016. Mais il a rapidement été éliminé après la diffusion d’une vidéo le montrant en train de frapper une femme. Puis il s’est tourné vers les réseaux sociaux.

Banni d’Instagram et TikTok pour des propos misogynes, il est suivi par près de neuf millions de personnes sur le réseau social X (ex-Twitter) où il s’exhibe muscles saillants, fumant des cigares et fascinant des millions d’adolescents avec ses voitures de luxe. Il y promeut des thèses masculinistes et monnaie ses conseils aux hommes pour les aider à devenir riches. Son nom est l’un des plus recherchés sur Google.



Source link