Maillard, Mélenchon, Bardella… Les réactions de la classe politique



Alexandre Chauveau / Crédit photo : Bertrand GUAY / AFP
, modifié à

Les réactions vont bon train dans la classe politique après la nomination de Gabriel Attal au poste de Premier ministre. D’aucuns saluent l’ascension fulgurante de l’ancien ministre de l’Éducation quand d’autres pointent du doigt son jeune âge. À 34 ans, il est devenu le plus jeune chef de gouvernement de l’histoire de la Ve République.

Le suspense a enfin été levé ce mardi midi. Gabriel Attal, 34 ans, a été nommé Premier ministre par Emmanuel Macron. Le désormais ex-ministre de l’Éducation nationale remplace Élisabeth Borne et devient ainsi le plus jeune chef de gouvernement de l’histoire de la Ve République. 

Dans la majorité, on se félicite de la nomination d’un Premier ministre populaire au talent précoce. “Je suis sûr que tu sauras porter fidèlement notre projet et incarner les valeurs qui sont les nôtres. Les députés Renaissance seront des alliés loyaux et exigeants pour répondre aux défis de notre pays”, écrit sur X Sylvain Maillard, président du groupe Renaissance à l’Assemblée.  

“Il faudra une rupture profonde avec le macronisme” 

À droite, Bruno Retailleau jugera sur pièces. “C’est aux actes que nous jugerons Gabriel Attal”, dit-il. “Il faudra pour cela une rupture profonde avec le macronisme. En a-t-il le profil et la volonté ? Réponse dans les mois à venir”, réagit le patron des sénateurs LR qui ne condamne donc pas, par avance, le nouveau locataire de la rue de Varenne. 

Jordan Bardella se veut, lui, beaucoup plus pessimiste. “Emmanuel Macron veut se raccrocher à la popularité sondagière de Gabriel Attal pour atténuer la douleur d’une interminable fin de règne. Il risque plutôt d’emporter dans sa chute l’éphémère ministre de l’Éducation nationale”, assène le jeune président du RN qui devrait trouver sur sa route le nouveau chef de la majorité pour les élections européennes. 

Jean-Luc Mélenchon, le leader insoumis, y va lui aussi de sa salve sur X, assurant que Gabriel Attal “retrouve son poste de porte-parole” et que la fonction de Premier ministre “disparaît”. “Le monarque présidentiel gouverne seul avec sa cour. Malheur aux peuples dont les princes sont des enfants”, ajoute-t-il.

 

Enfin, Marine Le Pen estime, de son côté, que les Français ne peuvent “rien espérer de Gabriel Attal” qui décrit un “ballet puéril des ambitions et des égos”. 





Source link