Protestations électorales à Belgrade, Moscou dénonce une «déstabilisation» occidentale


Le président serbe Aleksandar Vucic a fustigé les violences dans la capitale la veille au soir et affirmé avoir des preuves qu’elles avaient été “fomentées à l’étranger”. Principal allié de Belgrade, Moscou est monté au créneau: “Il est évident que l’Occident dans son ensemble cherche à déstabiliser la situation” en Serbie, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, citée par l’agence publique RIA Novosti.

Elle a comparé ces manifestations à celles du Maïdan à Kiev, qui ont abouti à l’arrivée au pouvoir de pro-Occidentaux en Ukraine début 2014. “Les tentatives de forces tierces, y compris depuis l’étranger, de provoquer de tels troubles à Belgrade sont évidentes”, lui a fait écho le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors de son point de presse quotidien.

Lors du scrutin du 17 décembre, le parti de Aleksandar  Vucic (SNS, droite nationaliste) a obtenu plus de la moitié des 250 sièges du Parlement. Mais la plus grande coalition d’opposition, La Serbie contre la violence, a, dès le lendemain, dénoncé des fraudes électorales, parmi lesquelles le fait d’avoir permis aux électeurs serbes de la Bosnie voisine de voter illégalement dans la capitale.

L’Union européenne et l’Allemagne ont critiqué la situation, Berlin qualifiant les allégations rapportées d'”inacceptables” pour un pays espérant rejoindre l’Union européenne. À la tête de son pays, Aleksandar Vucic, a néanmoins été particulièrement habile à équilibrer les liens entre l’Est et l’Ouest, promettant de maintenir la Serbie sur la voie de l’adhésion à l’UE, tout en restant très proche de la Russie et en courtisant la Chine autant que Washington.

 

Mais, depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, Belgrade n’a jamais appliqué de sanctions contre la Russie, d’où elle importe notamment du gaz. Aussi, tout comme Belgrade, Moscou, ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, ancienne province serbe ayant proclamé sa rupture d’avec la Serbie en 2008, après une campagne de bombardements aériens de l’Otan visant à mettre un terme à la répression serbe contre les Albanais kosovars.

Les succès de Aleksandar Vucic dans son pays ont principalement tourné autour de l’économie, dans un des pays les plus pauvres du continent européen, qui a vu l’inflation atteindre 16% au printemps avant de décroître autour de 8% en novembre. Pour ses partisans, les années au pouvoir de Vucic ont toutefois ramené de l’ordre – et des milliards d’investissements. Entre 2012 et 2022, les investissements directs étrangers en Serbie sont passés de 1 à 4,4 milliards d’euros.

“Otpor” (Résistance)

A Belgrade, les manifestants, majoritairement des étudiants de l’organisation “Borba” (Combat), réclament la révision des listes électorales qui, selon eux, sont à l’origine de la fraude électorale. “Je suis né en 2002 et je ne pensais pas qu’il faudrait, comme mes parents l’ont fait, se battre pour la démocratie dans la rue”, a dit Emilija Milenkovi,c une étudiante de la Faculté de sciences politiques.

“Mais je dois le faire”, a ajouté la jeune femme de 21 ans portant un badge du mouvement historique étudiant Otpor (Résistance), qui avait participé à la contestation contre le pouvoir de Slobodan Milosevic dans les années 2000. Ce scrutin a suscité de nombreuses critiques après que des observateurs internationaux, notamment de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) – ont dénoncé une série d'”irrégularités”, notamment “l’achat de voix” et “le bourrage des urnes”.

Des centaines de personnes ont depuis manifesté quotidiennement devant la Commission électorale serbe et les condamnations internationales ont afflué. Des membres de la principale liste d’opposition, Serbie sans violence, ont entamé une grève de la faim avec pour but d’annuler les résultats. Dimanche, des manifestants contestant ces résultats ont attaqué la mairie de Belgrade, brisant des fenêtres à coups de pierre, avant d’être repoussés par la police.

 

Le président Vucic a affirmé que deux policiers avaient été “grièvement blessés” pendant cette manifestation lors de laquelle au moins 35 protestataires ont été arrêtées.  Le député d’opposition Radomir Lazovic, qui a été frappé par la police lors des incidents de dimanche, a dit à l’AFP qu’il y avait “toujours une possibilité de tout arrêter s’ils avouent la fraude et annulent les élections”.



Source link