Six mois après la disparition de Lina, sa mère espère des témoignages


Six mois après la disparition de la jeune Lina en Alsace, sa mère a lancé vendredi un appel aux témoignages pour faire progresser l’enquête et poussé un “coup de gueule” contre le cyberharcèlement dont elle est la cible. “Si quelqu’un se souvient de quoi que ce soit, a oublié de dire quelque chose, un détail, il faut le dire, il n’est jamais trop tard”, a déclaré Fanny Groll lors d’une conférence de presse organisée avec son avocat, Me Matthieu Airoldi.

L’adolescente aperçue la dernière fois sur le chemin de la gare

Le 23 septembre en fin de matinée, Lina, 15 ans, a quitté son domicile de Plaine dans le Bas-Rhin pour se rendre à la gare de Saint-Blaise-la-Roche, à environ trois kilomètres de là. Elle devait prendre un train afin de rejoindre son petit ami à Strasbourg. Ne la voyant pas arriver, c’est lui qui a alerté la mère de la jeune fille.

Des témoins, dont l’ancien maire du village, ont vu Lina sur le chemin de la gare entre 11h15 et 11h30. Le téléphone de l’adolescente a cessé d’émettre à 11h22 et n’a pas été retrouvé. Cette route, “c’est un coin qu’on doit quand même un peu connaître pour l’emprunter”, a souligné vendredi sa mère.

“Toutes les hypothèses restent ouvertes”, selon une source proche de l’enquête

D’après une source proche de l’enquête, “toutes les hypothèses restent ouvertes” dans cette affaire. Fanny Groll et son avocat, Me Airoldi, ont regretté de ne pas être tenus davantage au courant de l’avancement de l’enquête qui est menée, sur le plan judiciaire, par deux juges d’instruction strasbourgeoises. “Je ne comprends pas pourquoi nous ne sommes pas informés, à tout le moins des pistes qui sont fermées”, s’est étonné Me Airoldi.

Fanny Groll “n’arrête pas de se poser des milliards de questions”, “elle ne pense qu’à ça et donc avoir accès aux pistes qui seraient fermées permettrait de lui accorder un peu de sérénité”, a fait valoir son conseil.

L’enquête s’oriente “vers des investigations de longue haleine”

Dans sa dernière communication sur l’affaire, le 2 octobre, le parquet de Strasbourg avait annoncé que l’enquête s’orientait “vers des investigations de longue haleine”. “On reste fortement mobilisés sur le dossier”, a assuré à l’AFP la source proche de l’enquête. “Il y a toujours une vingtaine d’enquêteurs qui travaillent sur le dossier, c’est le cœur du réacteur”. En fonction des besoins et des technicités”, ces gendarmes bénéficient de renforts, “notamment sur les investigations numériques”.

Au sujet de l’enquête sur un viol dénoncé par Lina en 2022, plusieurs mois avant sa disparition, sa mère a été entendue par un juge d’instruction. L’affaire, initialement classée sans suite par le parquet de Saverne, a été reprise par le parquet de Strasbourg, qui a ouvert une information judiciaire le mois dernier. Dans cette affaire, Fanny Groll “a reçu communication de l’entier dossier”, s’est félicité son avocat, répétant son souhait d’avoir aussi accès au dossier sur la disparition de Lina.

Concert de soutien

Pour continuer d’agir pour retrouver sa fille, Fanny Groll a créé en janvier une association baptisée “Les bonnes étoiles de Lina”. Un concert de soutien est organisé le soir du 20 avril à Plaine. Il se veut un “moment de soutien, de bienveillance”, a dit Fanny Groll. A l’opposé du cyberharcèlement dont elle a expliqué être la cible depuis des mois. “Depuis le départ, c’est une horreur, je n’ai même plus de mots tellement c’est un acharnement, tellement tout et n’importe quoi est dit partout”, a témoigné sa mère. Elle a découvert que sa fille avait elle aussi été victime de ce phénomène et avait “subi des commentaires horribles” qui ont “nui à sa réputation”.

Fanny Groll a dénoncé la “désinformation” au sujet de la disparition de sa fille et souhaité pousser un “bon coup de gueule et dire : ‘Mais enfin réfléchissez à ce que vous dites, à ce que vous faites car tout ça a des conséquences et non seulement ça n’aide pas Lina mais encore pire, ça entrave l’enquête'”. Pour sa fille, Fanny Groll promet qu’elle ne “lâchera rien” : “Jusqu’à ce que Lina soit là je vais me battre”.



Source link