Verstappen, Wembanyama, Biles, Djokovic… Ces sportifs qui ont marqué l’année 2023



Romain Rouillard / Crédit photo : AFP
, modifié à

Jeux olympiques, Euro de football, Coupe d’Afrique des nations, sans compter les incontournables que sont Roland-Garros, le Tournoi des VI Nations ou encore le Tour de France… La planète sport s’apprête à vibrer en 2024. Mais avant de se plonger dans le très riche calendrier sportif de l’année prochaine, Europe 1 vous propose de revivre plusieurs évènements de l’année 2023 à travers dix athlètes dont les performances ont nourri l’actualité. 

Victor Wembanyama, prodige de la balle orange 

S’il existait un titre officiel de sportif français de l’année, Victor Wembanyama aurait eu de grandes chances de voir son nom gravé sur le trophée. Choisi par les San Antonio Spurs en première position lors de la prestigieuse draft NBA, une première pour un Tricolore, le jeune basketteur a suscité un emballement presque sans précédent outre-Atlantique. À bientôt 20 ans (il les fêtera le 4 janvier prochain), il semble programmé pour devenir l’une des grandes stars de son sport.

063_1891209495 (1)

Crédit photo : STEPH CHAMBERS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Ses débuts en NBA, très encourageants en dépit de l’enchaînement de défaites que subit son équipe, n’ont fait que confirmer l’immense potentiel que renferme ce géant de 2,22m. D’aucuns lui ont toutefois reproché sa non-participation au Mondial de basket sur lequel l’intéressé avait fait l’impasse afin de se tourner vers la saison NBA.

Antoine Dupont : le soldat malheureux

Ce fut l’une des images marquantes de la Coupe du monde de rugby, organisée en France. Celle d’Antoine Dupont, le capitaine tricolore, cloué sur la pelouse du Stade Vélodrome après un choc avec le capitaine namibien Johan Deysel. Une blessure qui a d’abord réduit au silence l’enceinte marseillaise avant d’inquiéter l’ensemble des amoureux du XV de France. Mais de façon presque miraculeuse, le demi-de-mêlée a finalement repris plus vite que prévu le chemin de la pelouse, au point d’être aligné d’entrée, dès les quarts de finale, face à l’Afrique du Sud. Un retour express, mais une issue cruelle pour les Bleus, battus d’un rien par les Springboks, futurs champions du monde.

066_DPPI_50523027_013 (1)

Crédit photo : MATTHIEU MIRVILLE / DPPI VIA AFP

Max Verstappen : des records en pagaille

Le pilote néerlandais de Formule 1 Max Verstappen ne s’est pas contenté de glaner un troisième titre consécutif de champion du monde cette saison. Il a également fait voler en éclats une série de records dont certains paraissaient difficilement atteignables. Une domination de tous les instants et une concurrence réduite à néant qui se sont traduites par des chiffres qui donnent le tournis et que notre journaliste a compilés dans cet article. 

000_344Y4ZL (2)

Crédit photo : Jewel SAMAD / AFP

Novak Djokovic : un roi accroché à son trône

Les années qui passent semblent agir comme une cure de jouvence pour Novak Djokovic. À 36 ans, le tennisman serbe a achevé la saison 2023 à la première place mondiale. Pour la huitième fois de sa carrière. Un record. À l’exception de Wimbledon que le jeune espagnol Carlos Alcaraz est parvenu à lui arracher des mains au terme d’une finale d’anthologie, “Nole” a remporté les trois autres tournois du Grand Chelem de l’année. Avant une conclusion en apothéose, à Turin, avec un septième Masters glané. Au royaume de la petite balle jaune, le souverain n’est pas près de remettre sa couronne.

Léon Marchand : la nouvelle terreur des bassins

Il ne pratique pas un sport particulièrement habitué aux feux des projecteurs, mais il est peut-être l’athlète tricolore qui aura le plus brillé individuellement au cours de l’année écoulée. À seulement 21 ans, Léon Marchand s’est invité à la table des géants de la natation et sera l’un des atouts majeurs de la délégation française lors des Jeux olympiques de Paris. À Fukuoka, au Japon, il n’a pas seulement décroché trois nouveaux titres mondiaux. Il a surtout déboulonné le record du 400m 4 nages que détenait la légende américaine Michael Phelps. Une véritable prouesse.

Les frères Lebrun, sur la route de la gloire

Si la natation ne concentre pas toujours la lumière sur elle, que dire du tennis de table que l’on redécouvre, ou presque, tous les quatre ans lors des JO. Et pourtant, la discipline compte dans ses rangs un duo tricolore qui pourrait bien bousculer la hiérarchie dans quelques mois à Paris. Le cadet, Félix Lebrun, 17 ans, occupe déjà la 8e place mondiale et s’est illustré l’été dernier en triomphant lors des Jeux européens à Cracovie. L’aîné Alexis, 20 ans, et 23e mondial, avait atteint les demi-finales de la compétition. Méconnue du grand public, il y a un an, la fratrie sera l’un des atouts majeurs de la délégation tricolore dans la course aux médailles l’été prochain. 

043_KMSP_000971_0157 (1)

Crédit photo : HERVIO JEAN-MARIE / KMSP / KMSP VIA AFP

Simone Biles, retour triomphant

Elle a fait partie de ceux qui ont imposé dans le débat public le thème de la santé mentale chez les sportifs. Lors des dernières olympiades, à Tokyo, Simone Biles avait écourté ses Jeux, évoquant le besoin de se “concentrer sur elle-même”, alors qu’une immense pression pesait sur ses épaules, au regard de son statut de superstar de la discipline. Après plusieurs mois de rupture totale avec le sport de haut niveau, l’Américaine de 26 ans a signé un retour tonitruant aux Mondiaux d’Anvers en remportant quatre médailles d’or et une médaille d’argent. À Paris, l’avis de tempête est déjà lancé : la tornade Simone Biles est de nouveau prête à déferler.

Jonas Vingegaard, un tour de force et des questions

Un an après son premier sacre sur le Tour de France, le cycliste danois Jonas Vingegaard a récidivé l’été dernier. Un deuxième succès d’affilée, acquis au nez et à la barbe de son principal rival, Tadej Pogačar, dont la concurrence aura été définitivement écartée au soir de la 16e étape. Un contre-la-montre éblouissant qui a toutefois interpellé certains observateurs et éveillé quelques doutes quant à la propreté du coureur qui, de son côté, a balayé d’un revers de la main tout soupçon de dopage. 

000_33PR38C (1)

Crédit photo : Etienne GARNIER / POOL / AFP

Clarisse Agbégnénou, de nouveau sur le toit du monde

L’année avait pourtant mal commencé pour la judoka tricolore, en conflit avec sa fédération en raison d’un différend entre son équipementier personnel (Mizuno) et celui de la FFJ (Adidas). Privée de coach au Grand Chelem de Tel-Aviv, Clarisse Agbégnénou lavera l’affront trois mois plus tard en décrochant son 6e titre planétaire à Doha, au Qatar. Moins de réussite, en revanche, lors des derniers championnats d’Europe avec une modeste 7e place, qui ne saurait toutefois atténuer les espoirs que la délégation française place en elle en vue des Jeux de Paris.

Jennifer Hermoso, le coup de pied dans la fourmilière

Elle est celle qui a fait tomber le patron du football espagnol. Dans la foulée du titre de championne du monde, remporté avec la Roja, Jennifer Hermoso est victime d’un baiser forcé de Luis Rubiales, président de la fédération espagnole de football, lors de la remise des médailles. Un épisode qui a provoqué le boycott de la sélection par les joueuses et une puissante vague d’indignation de l’autre côté des Pyrénées. Dénonçant dans un premier temps un “faux féminisme” et écartant catégoriquement l’option d’une démission, le dirigeant de 46 ans, ciblé de toutes parts, y compris dans la sphère gouvernementale, finit tout de même par remettre son tablier le 11 septembre dernier. 





Source link